Le projet de la prochaine mouture du volleyball international, proposé aux Fédérations nationales par la FIVB la semaine dernière, fait déjà couler passablement d’encre. Si les règles de jeu ne subissent que des modifications mineures, en revanche, un article caché dans les préliminaires pose problème, en particulier dans le volleyball féminin.

En effet, à l’article 4.5 des Règles de jeu qui énumère les objets que les joueurs et joueuses n’ont pas le droit de porter, la FIVB a ajouté un alinéa 4.5.4 qui interdit… les cheveux longs ! Si au cours des dernières années, plusieurs cas problématiques se sont effectivement posés (le cas le plus médiatisé concernait la joueuse Lonneke Slöetjes du Vakifbank – voir ici), il n’avait jamais été question en effet de rendre la coupe courte obligatoire.

En l’absence prolongée du président de la Commission d’arbitrage, confiné à son domicile en raison du Coronavirus, les fédérations nationales n’ont pas pu obtenir d’éclaircissements sur cet article. En revanche, le Paraguayien Mano Locreo, membre de ladite commission, a bien confirmé que le concept de départ était d’exiger les cheveux courts, et que les queues de cheval, chignons et autres extensions seraient bannis des compétitions officielles. Il n’a pas précisé s’ils pouvaient le cas échéant être simplement attachés à la tête ou cachés sous un foulard, un bandana ou une perruque courte.

Plusieurs notables du volleyball sont d’ailleurs déjà montés au front pour dénoncer une absurdité supplémentaire dans le monde du volley. “Non content de régir la taille de nos maillots de bain au beachvolley, maintenant ces Messieurs de Lausanne veulent nous couper les cheveux”, s’est exprimé Eto-Menya Razdrazhayet, présidente du Syndicat des joueurs et joueuses professionnelles du Kazakhstan et vice-présidente de la Fédération mondiale. Elle a appelé la communauté internationale à protester auprès de la FIVB en leur envoyant un mail au président de la commission d’éthique, le chinois Yúrén Jié.

Quant au représentant des Fédération nationales européennes, le hongrois Bálvá Nyimádó, il a également exprimé sa surprise envers cette idée, en soulignant toutefois elle n’était pas particulièrement sexiste, car les hommes portant un catogan seraient impactés également.

Quoiqu’il en soit, cet article n’est encore qu’au stade de la proposition. Elle doit recevoir l’aval du Conseil d’administration de la FIVB, qui devait initialement se réunir en juillet à Tokyo, en amont des Jeux Olympiques. Gageons qu’entre le report des JO et le tollé suscité par cet article glissé subrepticement dans la nouvelle mouture du règlement, le risque est probable que l’assemblée rejette le projet, si l’article n’est pas amendé auparavant par les instances de la FIVB.

Tout le monde condamné à suivre Elodie Simonet… (crédit photo : Bernard Hubacher)

… Diane Müller… (crédit photo : Christian Lafargue – Claps.ch)

… ou Danièle Minsili, nos attaquantes aux cheveux courts ? (crédit photo : Christian Lafargue – Claps.ch)